fig.
ÉDITION FIG.
FIGURES
NUMÉROS fig. n°0 analepse
fig. n°1 prosopopée
fig. n°2 hypotytose
extraits
boutique
PARADOXE - FIG. 3
DIFFUSION
CONTACT
revue indépendante
de critique architecturale

fig. 0

COMBAT
(Entretien avec Pierre CHABARD, rédacteur en chef de Criticat) CHEVASSUS, Hugo

« [...] Ce que l’on cherchait aussi à travers Criticat était un renouvellement de regards, de points de vue sur les choses, en partant du principe que l’architec- ture est une ancienne discipline qui est sommée de répondre à des nouvelles questions qui viennent de l’extérieur. La crise de 2008 a été un vrai tombereau de positionnements nouveaux qui venaient remettre en question le ronron du monde architectural : les problématiques du monde environnemental, du monde social et politique qui interrogent de plus en plus les étudiants sur la manière de s’engager dans la société en tant qu’architectes. Il ne faut pas trop compter sur les gens installées dans la profession pour se poser ces questions. [...] »


Perazica Do Monténégro
(photographie)  MOREAU, Suzanne

« Quitter la route entre Buda et Petrov, Perazica Do. Chemins escarpés. Surprenante descente, dangereuse et interminable. Quand soudain, le sable, la mer, le calme »


fig. 1

Un grand trou n’a pas besoin d’être creusé
TARDY, Nicolas

« [...] L’homme a marché sur la lune et défilé dans les rues. Les étudiants se sont allongés. Un mode d’orga- nisation doit être considéré. Il y a des agencements. Les éléments se retrouvent dans un état. Au cœur même du concept de métamorphose, qui compte sur la possibilité de se brancher ? Qui exige de la vie une certaine continuité ? Entrent : des plaques de verre. Qui transforme ainsi la topographie ? Qui n’était qu’une annonciation ? Qui pouvait lire Archigram ? »


Days are pale
(photographie) FUCHS Daniel

« Life is not poetic these days Days are pale I’m looking for depths Grey stays »

fig. 2

Dedans-Dehors
AYVAZOVA, Daria et BOUCHEREAU, Merryl

« [...] Tout est métaux rouillés, bétons et ciments défoncés, de sorte que se répand autour de soi un paysage de gris et d’ocres. Étrange spectacle que celui du public se délassant dans une ruine sans romantisme, puisque sans horizon. Reposez-vous dans une boîte encore puante d’industrie.

L’évolution du projet architectural, à travers les différents stades de développement de l’humanité, force l’humain à assumer ses responsabilités. Les contraintes matérielles actuelles - ressources limitées, restrictions budgétaires - nécessitent d’ajouter une troisième phase aux deux déjà existantes : la réinterprétation architecturale, c’est à dire la recon- version du patrimoine industriel, esclave malheureux des raisonnements politiques et économiques locaux. [...] »

Travaux en cours
(Biennale du Design 2015 - photographie)
CAUNES, Alexandra